Alexis Bestoujev Rioumine – élixir d’or

En 1728, le comte Alexis Bestoujev-Rioumine met au point la formule de l’« élixir d’or », une solution aqueuse ainsi nommée en raison de sa couleur jaune d’or.

L’idée de cette préparation lui serait venue de la lecture de manuscrits du chimiste Böttcher, l’inventeur de la porcelaine allemande, qu’il avait trouvés à Copenhague où il se trouvait en poste trois ans auparavant.

Pour préparer son élixir, Bestoujev se fait assister d’un chimiste nommé Lembke dont il surveille personnellement le travail.

Certains médecins ayant prêté des vertus curatives au produit, celui-ci est d’abord distribué gratuitement, puis vendu au prix fort en Russie et dans d’autres pays sous le nom de teinture nervine jaune de Bestuchef.

elixir d'or

L’année même de la mise au point de l’élixir, Lembke, trahissant la confiance du comte, s’enfuit pour se rendre à Hambourg, où il vend le secret de sa préparation au général La Motte

Particulièrement populaire à Paris sous le règne de Louis XV la variété d’élixir dor vendue par La Motte était administrée dans des indications thérapeutiques très larges sous forme de gouttes de deux sortes différentes gouttes jaunes et gouttes blanches doù le nom donné aux gouttes du général La Motte d élixir d’or et blanc

Suivant les lieux et les époques cette préparation a été connue sous les noms suivants

  • teinture tonique et nervine de Bestucheff en latin tinctura toniconervina Bestuscheffi et en russe Бестужевские капли ;
  • teinture d’or du général La Motte ;
  • liqueur anodine de Klaproth ;
  • liqueur d’Hoffmann ;
  • esprit sulfurique éthéré martial dans la pharmacopée de Prusse selon August Dörffurt cité par Desertine
  • D’innombrables autres dénominations de l’élixir d’or ont été répertoriées

Son nom habituel au était Teinture de Bestucheff et de Klaproth