Indications et mode d’emploi des « gouttes d’or »

Les gouttes d’or du général Lamotte se présentaient sous deux formes de couleurs différentes, les gouttes jaunes (ou élixir d’or ) et les gouttes blanches (ou élixir blanc).

Leurs indications thérapeutiques extrêmement larges comprenaient notamment diverses affections appartenant aux domaines de la neurologie et de la rhumatologie, selon la terminologie moderne.

goute d'or

  • Les gouttes jaunes étaient administrées en cas de paralysie, de « vapeurs » », d’épilepsie, On les utilisait aussi dans les troubles provoqués par « l’épaississement du sang ou l’obstruction des vaisseaux ou l’âcreté des humeurs »6. Elles étaient aussi censées agir comme fortifiant général : « L’élixir d’or ranime les forces perdues par la maladie ou par l’âge ».
  • Les gouttes blanches étaient recommandées dans les rhumatismes, la goutte, les « humeurs », le « sang scorbutique », mais aussi dans les maladies vénériennes, et des troubles neuro-psychiatriques tels que paralysies, crampes, épilepsie, hypocondrie etc.. .

« L’Elixir de M. le Général de la Motte continue d’opérer les effets les plus heureux, principalement dans l’apoplexie, la paralysie, la goutte, les pleurésies, la petite vérole, la rougeole, les fièvres malignes et les fluxions de poitrine. L’expérience autorisée par nombre de certificats prouve qu’il est très souverain dans les maladies de lait répandu, les indigestions, les obstructions, la dysenterie et rétention d’urine et les mois, les pertes de sang, la jaunisse et les vapeurs de toutes sortes… Plusieurs personnes incommodées d’asthme sont parfaitement bien trouvés de l’usage qu’elles en ont fait. »

— Mercure de France , 1750

On les prenait mélangées à du vin, de l’eau de fleur d’oranger, du bouillon, de six à trente gouttes par jour etc…