La Table d’Emeraude – Documentaire

La Table d’émeraude a été retrouvée sous différentes versions dans une vingtaine de manuscrits arabes médiévaux.

La plus ancienne version figure en appendice d’un traité qui aurait été composé au VIe siècle, le Livre du secret de la Création, Kitâb sirr al-Halîka (et dont on a une copie datant de 825).

Ce texte se présente comme une traduction du grec d’Apollonius de Tyane, sous son nom arabe Balînûs.

L’hypothèse d’un original grec (peut-être du IVe siècle) est vraisemblable, même si aucun manuscrit n’a été retrouvé4 ; l’attribution à Apollonius, quoique fausse (pseudépigraphique), est courante dans les textes arabes médiévaux de magie, d’astrologie ou d’.

L’introduction du Livre du secret de la Création est un récit qui explique notamment que « toutes choses sont composées de quatre principes élémentaires, le chaud, le froid, l’humide et le sec » (les quatre qualités d’Aristote), dont les combinaisons expliquent les « rapports de sympathie et d’antipathie entre les êtres ».

Balînûs « maître des talismans et des merveilles » pénètre dans une crypte sous la statue d’Hermès Trismégiste et y trouve la tablette d’émeraude entre les mains d’un vieillard assis, et un livre.