L’élixir d’or

L’or potable est une solution aqueuse qui contient de l’or, qui était préparée et consommée principalement pendant la période de la Renaissance.

Dissoudre de l’or dans de l’eau est extrêmement difficile, et les alchimistes du Moyen Âge rivalisaient d’ingéniosité pour pouvoir proposer la précieuse boisson à leurs protecteurs qui pouvaient payer très cher pour s’en procurer.

L’or potable était bu à cette époque dans des bouillons ou dans des boissons alcoolisées, l’or étant dissous dans l’eau régale qui donnait une liqueur jaune limpide.

Ce breuvage était considéré comme un remède, une sorte d’élixir de jeunesse, malgré le fait que la consommation d’or soit en réalité dangereuse pour la santé, comme le suggère le syndrome d’intoxication chronique de Diane de Poitiers.

Avec les progrès de la médecine et l’analyse d’os de membres de la noblesse, on a pu identifier cette solution comme cause probable de leur mort étant donné les quantités d’or anormalement élevées trouvées dans les os.

la coque philosophale passée au feu de roue donnera la poudre du phénix ou Poudre de projection ... Cette poudre sera diluée dans de l'alcool pour obtenir l'elixir vitae Cet elixir vitae est mortel , il donne la vie éternelle , la mort , le passage dans l'autre monde

la coque philosophale passée au feu de roue donnera la poudre du phénix ou Poudre de projection …
Cette poudre sera diluée dans de l’alcool pour obtenir l’elixir vitae
Cet elixir vitae est mortel , il donne la vie éternelle , la mort , le passage dans l’autre monde

L’élixir d’or est une ancienne préparation pharmaceutique qui fut utilisée au XVIIIe siècle.

Cet élixir a porté de nombreux noms différents et sa composition, d’abord tenue secrète, a varié au cours des époques et des préparateurs.
Il s’agissait vraisemblablement à l’origine d’une préparation à base d’or, sous différentes formes chimiques, or colloïdal (de couleur pourpre) ou solution de chlorure aurique (de couleur jaune). Par la suite, on a subsititué le perchlorure de fer (FeCl3) (également de couleur jaune) au chlorure d’or dans la préparation de l’élixir.
Un échantillon de perchlorure de fer à l’état cristallin.
La couleur de ce sel explique le nom de l’élixir d’or qui en est une solution aqueuse.

On attribue son invention, en 1728, au diplomate Alexis Bestoujev-Rioumine, grand Chancelier impérial de Russie sous Élisabeth Ire.
Le secret de sa fabrication fut vendu par le préparateur de Bestoujev au général La Motte.
Ce dernier, après avoir modifié la formule originale de l’élixir (vraisemblablement en diminuant sa teneur en or, peut-être même en supprimant totalement ce métal qu’il remplaça par le perchlorure de fer), l’introduisit et le commercialisa en France à un prix très élevé, ce qui fit sa fortune.