Or Alchimique – Thérapie

Grâce à sa non-toxicité, sa puissance en catalyse, sa biocompatibilité et ses propriétés optiques, l’or sous forme de nanoparticules (d’une taille inférieure à 10 milliardième de mètre) a trouvé de nouvelles applications : circuits électroniques ultraminiaturisés avec des « nanocables » d’or, pots catalytiques moins chers, traitements des cellules cancéreuses…

À cette échelle nanométrique, l’or perd sa chatoyante couleur dorée pour prendre des reflets rouge ou violet et, surtout, il devient plus réactif.

L’or nous réserve encore bien des surprises …

L’or est réputé comme étant le métal le plus noble de tous car c’est le plus inaltérable.

Il présente une résistance exceptionnelle à l’oxydation, même à des températures élevées, car il « refuse » de réagir avec d’autres éléments.

De ce fait, il est devenu le chouchou des bijoux mais aussi de la haute technologie. Il est ainsi très utilisé comme indicateur de pression à des niveaux de pression supérieurs à 1 million d’atmosphère (1 million de fois la pression atmosphérique).

Néanmoins, une expérience récente menée à l’installation européenne de rayonnement synchrotron (ESRF à Grenoble) a montré que même l’or avait ses limites.

Il devient altérable lorsqu’il est soumis à des pressions supérieures à 2,4 millions d’atmosphère. Pression qui est de l’ordre de celle qui règne au centre de la Terre.
L’or pourrait également briller là où on ne l’attendait pas.

Ainsi, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a récemment créé un groupe spécial de chercheurs chargé d’étudier les applications de l’or avec les nanotechnologies.