Table d’émeraude

« Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ».

La Table d’émeraude (Tabula Smaragdina en latin) est un des textes les plus célèbres de la littérature alchimique et hermétique.

Selon la légende, elle présente l’enseignement de Hermès Trismégiste, fondateur mythique de l’, et aurait été retrouvée dans son tombeau, gravée sur une tablette d’émeraude.

La plus ancienne version connue se trouve en appendice d’un traité arabe du VIe siècle. Traduite en latin au XIIe siècle,
elle fut commentée par de nombreux alchimistes au Moyen Âge et surtout à la Renaissance.

La Table d’émeraude a été retrouvée sous différentes versions dans une vingtaine de manuscrits arabes médiévaux.

La plus ancienne version figure en appendice d’un traité qui aurait été composé au VIe siècle,
le Livre du secret de la Création, Kitâb sirr al-Halîka (et dont on a une copie datant de 825).

Ce texte se présente comme une traduction du grec d’Apollonius de Tyane, sous son nom arabe Balînûs3.

L’hypothèse d’un original grec (peut-être du IVe siècle) est vraisemblable,
même si aucun manuscrit n’a été retrouvé4 ; l’attribution à Apollonius, quoique fausse (pseudépigraphique),
est courante dans les textes arabes médiévaux de magie, d’astrologie ou d’alchimie.