Transmutation artificielle du Mercure en Or

Transmutation artificielle du Mercure en Or
La transmutation artificielle du plomb en or, bien que possible, reste complexe et nécessite de nombreuses étapes.

Il est plus simple de prendre pour exemple la transmutation artificielle du Mercure (Hg) en Or car elle est réalisée en quelques étapes seulement du fait de la proximité de structure de ces deux éléments (80 protons pour le Mercure et 79 pour l’Or). Deux exemples de processus utilisables :

Irradiation GAMMA : Soumis à un rayonnement GAMMA intensif, le Mercure 198 perd un neutron pour devenir l’isotope instable Mercure 197. Avec une demi-vie très courte de 2,7 jours, il se transmute en Or 197, isotope stable, par désintégration BETA+, c’est-à-dire par transformation d’un de ses protons en neutron

Capture d’un neutron : La source est dans ce cas du Mercure 196 qui va capturer un neutron relativement lent qui le percute. Il devient alors l’isotope Mercure 197, instable avec une demi-vie de 2,7 jours, et se transmute en Or 197.
Cette solution est plus rentable que la précédente car le Mercure 196 représente environ 10% du Mercure présent à l’état naturel, contre seulement 0,20% pour le Mercure 198

A noter que les transformations par flux de neutrons peuvent également se faire en utilisant du Platine comme source au lieu du Mercure. Cela n’a toutefois pas de sens en termes de rentabilité car le Platine coûte beaucoup plus cher que l’or.