Liste de 68 médicaments “plus dangereux qu’utiles” selon Prescrire

Pour la deuxième année, la revue Prescrire publie son bilan des plus dangereux qu’utiles.

Elle recense 68 médicaments commercialisés en France que les patients et les soignants ont intérêt, sans attendre les décisions des autorités, à choisir d’éviter et à préférer des traitements mieux éprouvés.

“Tous les médicaments ne se valent pas.

Dans certaines situations, des médicaments sont utiles :

ils apportent un avantage par rapport à d’autres options.

 

D’autres médicaments sont plus nocifs qu’utiles et sont à écarter des soins, en attendant leur retrait du marché.”

 

Liste de 68 médicaments “plus dangereux qu’utiles” selon Prescrire

 

Il s’agit de médicaments qui sont dans l’une des situations suivantes:

ils sont actifs (efficaces) mais exposent à des risques disproportionnés par rapport aux bénéfices;
ils sont anciens et dépassés car d’autres ont une balance bénéfices-risques plus favorable;
ils sont récents et leur balance bénéfices-risques est moins favorable que des médicaments plus anciens;
leur efficacité n’est pas prouvée au-delà d’un effet placebo, et ils exposent à des effets indésirables graves.

 

Voici la liste de ces médicaments :

 

(Pour vérifier si vos médicaments en font partie, vous pouvez utiliser la boîte de apparaissant dans le haut ou le bas de l’écran avec la commande CTRL F.

Utilisez les noms génériques des médicaments (indiqué sur l’emballage ou accessible rapidement au moyen d’une recherche sur Internet) plutôt que leurs noms commerciaux

car ceux des versions génériques ainsi que ceux d’autres pays que la France ne sont pas tous mentionnés).

 

Cancérologie

  • Le catumaxomab (Removab)
  • Le panitumumab (Vectibix)
  • La trabectédine (Yondelis)
  • Le vandétanib (Caprelsa)
  • La vinflunine (Javlor)

Cardiologie

  • L’aliskirène (Rasilez), un antihypertenseur inhibiteur de la rénine
  • Le fénofibrate (Lipanthyl ou autre), hypocholestérolémiants (anticholestérol)
  • Le bézafibrate (Befizal), hypocholestérolémiants (anticholestérol)
  • Le ciprofibrate(Lipanor ou autre), hypocholestérolémiants (anticholestérol)
  • L’ivabradine (Procoralan), un inhibiteur du courant cardiaque
  • Le nicorandil (Adancor ou autre), un vasodilatateur
  • La trimétazidine (Vastarel ou autre), substance aux propriétés incertaines utilisée dans l’angor

Dermatologie, allergologie

  • Le tacrolimus dermique (Protopic), un immunodépresseur dans l’eczéma atopique
  • La méquitazine (Primalan), un antihistaminique H1 “sédatif” et “atropinique” dans les allergies
  • La prométhazine injectable (Phénergan), un antihistaminique H1 dans l’urticaire sévère
  • Diabétologie, nutrition

Les inhibiteurs de la dipeptidyl peptidase 4 (DPP-4, alias gliptines) :

  • la linagliptine (Trajenta, Jentadueto)
  • la saxagliptine (Onglyza, Komboglyze)
  • la sitagliptine (Januvia, Xelevia, Janumet, Velmetia)
  • la vildagliptine (Galvus, Eucreas)
  • L’orlistat (Xenical ou autre)
  • Douleur, Rhumatologie

 

Antalgie

Les coxibs :

  • le célécoxib (Celebrex)
  • l’étoricoxib (Arcoxia)
  • le parécoxib (Dynastat)
  • La floctafénine (Idarac)
  • Le kétoprofène en gel (Ketum gel ou autre)
  • Le piroxicam (Feldène ou autre)

Ostéoporose

  • Le dénosumab (Prolia)
  • Le strontium ranélate (Protelos)

Arthrose

  • La diacéréine (Art 50 ou autre)
  • La glucosamine (Voltaflex ou autre)

Divers

  • Le méthocarbamol (Lumirelax), myorelaxant
  • Le thiocolchicoside (Coltramyl ou autre), myorelaxant
  • La quinine (Hexaquine, Okimus, Quinine vitamine C Grand)
  • La spécialité Colchimax (colchicine + poudre d’opium + tiémonium)
  • L’association dexaméthasone + salicylamide + salicylate d’hydroxyéthyle (Percutalgine)
  • L’association prednisolone + salicylate de dipropylène glycol (Cortisal)

Gastro-entérologie

  • La dompéridone (Motilium ou autre), neuroleptique, traitement des reflux gastro-œsophagiens
  • Le dropéridol (Droleptan), neuroleptique, traitement des reflux gastro-œsophagiens
  • Le prucalopride (Resolor), apparenté aux neuroleptiques, traitement de la constipation chronique
  • Gynécologie, endocrinologie
  • La tibolone (Livial), stéroïde de synthèse dans le traitement hormonal substitutif de la ménopause

Hématologie

  • Le fer dextran (Ferrisat)

Infectiologie

  • La moxifloxacine (Izilox), antibiotique
  • La télithromycine (Ketek), antibiotique

Neurologie

Maladie d’Alzheimer

  • Le donépézil (Aricept ou autre)
  • La galantamine (Reminyl ou autre)
  • La rivastigmine (Exelon ou autre)
  • La mémantine (Ebixa ou autre)

Migraine

  • La flunarizine (Sibelium), neuroleptique
  • L’oxétorone (Nocertone), neuroleptique
  • Maladie de Parkinson
  • La tolcapone (Tasmar)

Pneumologie, ORL

  • L’éphédrine, décongestionnant vasoconstricteur
  • La naphazoline, décongestionnant vasoconstricteur
  • L’oxymétazoline, décongestionnant vasoconstricteur
  • La pseudoéphédrine, décongestionnant vasoconstricteur
  • Le tuaminoheptane, décongestionnant vasoconstricteur
  • L’omalizumab (Xolair), anticorps monoclonal utilisé dans l’asthme
  • La pholcodine, opioïde utilisé dans le traitement symptomatique de la toux,
  • La pirfénidone (Esbriet), immunodépresseur
  • Le tixocortol (Thiovalone), corticoïde autorisé dans les maux de gorge

Psychiatrie, dépendances

Antidépresseurs

  • L’agomélatine (Valdoxan)
  • La duloxétine (Cymbalta)
  • Le milnacipran (Ixel ou autre)
  • La venlafaxine (Effexor LP ou autre)
  • La tianeptine (Stablon)

Autres psychotropes

  • L’asénapine (Sycrest), neuroleptique, traitement du trouble bipolaire
  • La dapoxétine (Priligy), éjaculation précoce
  • L’étifoxine (Stresam), traitement de l’anxiété

Sevrage tabagique

  • La bupropione (Zyban)
  • La varénicline (Champix)

Source : Prescrire – Pour mieux soigner : des médicaments à écarter – Actualisation 2014
Le Monde Des Ph@rmaciens – Article Le Monde Des Ph@rmaciens