Quarks et changement de couleur

Les possèdent également un autre nombre que l’on a nommé charge de couleur.

Un quark peut êtrenote  « rouge », « vert » ou « bleu », mais il peut changer de couleur en échangeant un gluon (voir plus bas).

À chaque quark correspond une antiparticule, nommée anti-quark, de même masse, mais de charge électrique opposée et de charge de couleur complémentaire, appelée anti-couleurnote  : un anti-quark peut ainsi être « anti-rouge », « anti-vert » ou « anti-bleu ».

La couleur ici est une analogie qui rend compte du fait que l’on n’observe jamais de quark seul.

 

Quarks  et changement de couleur

  

À cause du phénomène de confinement des quarks, on ne peut observer que des particules « blanches », c’est-à-dire formée par exemple de trois quarks de couleurs différentes : un rouge, un bleu et un vert (ce qui donne un baryon) — qui en synthèse additive des couleurs donnent une blanche — , ou de deux quarks de couleurs complémentaires, comme rouge et anti-rouge (ce qui donne un méson).

La charge « de couleur » est la source de l’interaction forte : l’interaction entre les nucléons et plus généralement entre les hadrons est dérivée de l’interaction « de couleur ».

Comme l’interaction entre atomes et entre molécules est elle-même dérivée de l’interaction électromagnétique entre et électrons.

Cette interaction « de couleur » est de type tripolaire, alors que l’interaction électromagnétique est dipolaire (+ et -).

C’est ainsi que l’on a choisi de les nommer par rouge-vert-bleu, car comme la neutralité est la norme pour l’électromagnétisme, la résultante neutre « blanche » est la norme pour les particules constituées par cette interaction.